Un enfant peut-il introduire un recours directement au Comité des droits de l'enfant ?

 Oui, mais uniquement s'il a épuisé les droits de recours internes

 Non, ce ne sont que ses représentants légaux qui peuvent l'introduire

 Non, seuL un autre Etat peut introduire un tel recours

Un Etat est-il tenu de prendre des mesures de protection de l'enfant qui a déposé une plainte contre lui ?

 Non, aucune mesure particulière.

 Non, tant que le Comité n'a pas statué sur la demande

 Oui, l'Etat doit prendre les mesures nécessaires pour qu'il ne subisse aucune violation de ses droits du fait de cette plainte

L'identité de l'enfant qui dépose une plainte contre un Etat est-elle rendue publique ?

 Oui, selon le principe de la publicité des débats

 Oui, une fois que le comité s'est prononcé

 Non, jamais sans son consentement

Le Comité saisi d'une plainte peut-il d'abord chercher un règlement amiable entre l'enfant et l'Etat ?

 Non, l'enfant étant dans une position de faiblesse il serait toujours perdant.

 Oui, à condition que le règlement amiable soit fondé sur le respect de la CIDE ou d'un des protocoles optionnels

 Oui, mais uniquement si la réclamation de l'enfant porte sur un droit qui n'est pas garanti par la Convention

Le Comité peut-il prendre des mesures provisoires pour éviter un préjudice irréparable ?

 Vrai : le Comité peut à tout moment demander à l'Etat en cause de prendre des mesures provisoires dans des circonstances exceptionnelles pour éviter un préjudice irréparable à la victime

 Faux : le Comité n'a pas reçu cette compétence et il n'a pas la possibilité de statuer provisoirement pour éviter un préjudice irréparable

 Vrai MAIS uniquement si la vie de l'enfant est en danger grave et imminent